Imprimer

Pourquoi fertiliser

La croissance d'une plante, quelle qu'elle soit, nécessite toujours des prélèvements d'éléments nutritifs dans le milieu qu'elle colonise car leur génération spontanée n'existe pas.

Ces éléments nutritifs sont principalement :

  Éléments Symbole
chimique
Mode d'expression
conventionnelle
en agriculture
Éléments dits "majeurs" Azote
Phosphore
Potassium
N
P
K
N
P205
K2O
Éléments dits "secondaires" Calcium
Magnésium
Soufre
Sodium
Ca
Mg
S
Na
CaO ou Ca
MgO ou Mg
SO3 ou S
Na2O ou Na
Oligo-éléments Bore
Cuivre
Manganèse
Molybdène
Zinc
Fer
B
Cu
Mn
Mo
Zn
Fe
B
Cu
Mn
Mo
Zn
Fe

Cette répartition traditionnelle des éléments en différentes classes ('majeur', 'secondaire', 'oligo') se réfère plus à l'ordre de grandeur des quantités mobilisées par les plantes qu'à leur importance absolue. En effet, tous ces éléments sont indispensables à la nutrition des cultures. Une déficience sur un seul élément perturbe le métabolisme et affaiblit les plantes.

Certaines plantes comme les légumineuses sont capables de fixer et d'utiliser de l'azote (N) en provenance de l'air, mais le plus généralement, c'est le sol qui fournit les éléments nécessaires à la croissance des végétaux.

Les matières fertilisantes apportées par les agriculteurs, organiques, ne font que reconstituer un stock assimilable dans le sol. En effet, sauf pour les fertilisants foliaires, tous les éléments nutritifs transitent par le sol et la quantité passant directement des matières fertilisantes à la plante est faible. Les matières fertilisantes (engrais et amendements) sont essentielles au maintien de la fertilité des sols.

Ce sont les matières fertilisantes qui nous ont permis d'atteindre notre indépendance alimentaire en levant les facteurs limitants de l'alimentation des plantes et en faisant progresser les rendements.
En l'absence d'apport, les sols s'appauvrissent. En dessous d'un seuil critique, cet appauvrissement entraine une perte de rendement.

  On distingue en général trois types d'effets selon les produits :
 
  • La contribution à l'alimentation de la plante via le sol,
  • La maîtrise de l'acidification naturelle des sols,
  • La préservation d'un stock de matière organique.

L'objectif de l'apport de matières fertilisantes est donc d'apporter, au sol le plus souvent, les éléments nutritifs nécessaires aux plantes et de créer les conditions les plus favorables à leur assimilation.

La fertilisation dite "raisonnée" consiste à limiter ces apports aux quantités nécessaires pour un objectif de rendement donné, par opposition à une fertilisation dite "intensive" où les apports plus importants sont car réalisés dans une optique de rendements les plus élevés possibles, parfois au détriment de l'efficacité des apports et des préoccupations environnementales.

Tous les types d'agriculture ont recours aux matières fertilisantes. Dans le cas de l'agriculture biologique, le réglement européen fixe la liste des engrais et amendements utilisables d'origine minérale et organique n'ayant pas subi de transformation chimique. Les éléments nutritifs qu'ils contiennent doivent d'abord être minéralisés dans le sol pour devenir assimilables par les plantes.

 

Les matières fertilisantes sont de natures très variées, mais toutes contribuent, directement ou indirectement, à la nutrition et à la croissance des végétaux :

Les engrais : produits dont la fonction est d'apporter aux plantes des éléments nutritifs indispensables à leur croissance :

 
  • éléments nutritifs majeurs (N, P2O5 et K2O)
  • éléments nutritifs secondaires (SO3, CaO, MgO, Na2O
  • et oligo-éléments (Bo, Cu, Fe, Mn, Zn, Mo…)

 

  • Engrais minéraux : engrais dont les éléments nutritifs se trouvent sous forme minéraux obtenus par extraction ou par des procédés industriels physiques et/ou chimiques. :
    Les engrais minéraux contiennent au minimum 3% d'un des éléments majeurs.

 

  • Engrais organo-minéraux :
    produits contenant à la fois des matières organiques d'origine végétale et/ou animale (au moins 1% d'azote d'origine organique) et des matières fertilisantes minérales. Les azotés doivent contenir au minimum 3% d'azote et les composés 7% de deux ou trois éléments fertilisants majeurs.

 

  • Engrais organiques : produits dont la totalité des éléments nutritifs a une origine animale et/ou végétale.
    Ce sont notamment les farines de poissons et/ou de viandes, les poudres de cuirs et/ou de cornes, les déjections animales (ex : fientes), les algues, tourteaux, vinasses de betterave, marc de raisin, etc. Les engrais organiques azotés simples doivent contenir au minimum 3% d'azote organique. Les engrais organiques composés doivent contenir au moins un des éléments majeurs ≥ 3% ou N+P2O5+K2O ≥ 7%.

 

Les amendements : produits dont la fonction est d'améliorer les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols.

 

  • Amendements minéraux basiques :
    produits dont le rôle principal de maintenir ou d'élever le pH du sol au niveau optimal de 6.5. Ils se distinguent en deux groupes principaux, les chaux et les carbonates. En plus de leur valeur neutralisante (VN), ils apportent aussi du calcium et/ou du magnésium.

 

  • Amendements organiques :
    produits dont la fonction principale est d'entretenir ou de reconstituer le stock de matière organique du sol. Ce sont notamment les composts ou les fumiers. Ces amendements doivent contenir au moins 20 à 25% de matière organique d'origine animale ou végétale dans le produit brut, moins de 3% pour chacun des trois éléments nutritifs majeurs : azote, phosphore ou potassium et moins de 7% pour la somme des 3 éléments majeurs.